ndox électrique fr

Rituel adorciste & post-industriel.

Démons, possession & transe.

Sénégal.

Les musiques du monde en occident, le plus souvent formatées,

présentées comme d'innocentes cartes postales : le soleil, les dunes, les sourires,

l’accueil, l’attaya ou le ceebu jën offerts aux gentils toubabs, etc….


Mais les musiques des mondes réels... cruelles, sauvages, éffrénées

et mêmes sanguinaires, car pour pactiser ou chasser les démons

comme lors des cérémonies du N’döep chez les lébous du Sénégal,

il faudra bien plus que de bonnes intentions mais un énorme volume sonore

pour susciter l'élévation puis provoquer la transe. De la sueur et du sang

seront encore nécessaires pour sacraliser l’action et contenter les esprits

en des cérémonies d’incroyable puissance sonore lors de rituels

où des griots occidentaux comme Meshuggha ou The Birthday Party

ne feraient que pâles figures d’entertainers bien élevés.


Les habitants du monde entier ont depuis toujours éprouvé le besoin

de transcender leurs peurs de la vie, de la mort, de s’élever au-dessus

de leurs malheurs et terreurs. Ainsi se faire détruire, immoler

sa propre musique et anéantir ses influences culturelles

par la puissance d’autres chants, mélodies, mélopées, autres rythmes,

autres sueurs, de transe et d’élévation.

 

Tout casser à son tour, cracher et remodeler les matières,

respectueusement iconoclaste, juste pour tendre à être et devenir

ce qu’est réellement la musique quand elle n’est plus vénale :

un vent, peu de chose sinon rien mais une émotion libre et cathartique.


Travaillant depuis des années avec l’Ifriqiyya Electrique,

François R. Cambuzat et Gianna Greco ne parvenaient pas à découvrir

d’où venaient les communautés adorcistes nord-africaines, telles Banga, Stambeli, Diwan, Gnawa. De la route arabo-musulmane des esclaves, très certainement, mais de quel pays, de quelle région sub-saharienne ? Les traces semblaient perdues. Recherches après intuitions, petit à petit cette route vieille de cinq siècles les mena entre autres vers l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal et le N’döep des lébous. Pendant des mois à Mbour, Guéréo, Rufisque, Yoff et Ndar (Saint-Louis), François R. Cambuzat et Gianna Greco se sont perdus autour des fleuves du Sénégal, sacrifiant aux génies - le plus souvent acquatiques - NDOX, l’eau, en langue wolof.

Tëdd ak Mame Coumba Lamba ak Mame Coumba Mbang: couchés entre Mame Coumba Lamba et Mame Coumba Mbang, les femmes génies d’une toute petite partie d’un énorme continent obscur. Et donc le titre d’un futur album.

Day maték, dou maté, boul dougal sa lokho. Si cela mord ou ne mord pas, en tout cas n'y mets pas la main (proverbe wolof).

ndox électrique

NDOX ELECTRIQUE
Tëdd ak Mame Coumba Lamba ak Mame Coumba Mbang

01 - JAMM YÉ MATAGU YALLA (04:19)

02 - LËK NDAU MBAY (03:55)

03 - NGOR DIOUF YA DEMON (05:11)

04 - HE YAY NALINÉ (02:40)

05 - INDI MEWMI (06:22)

06 - YARÉ RIREWÉ BAKORA NDOYE (01:11)

07 - NGOR DIOUF NÉ DU WALLÉ (04:09)

08 - SAM SA NGA MBORO (06:43)

09 - WALI NAMALÉ (03:42)

10 - SANGO MARA RIRÉ (04:58)
Durée totale: 43:13

Playlist privée (sans mastering) (lien & code automatiquement régénérés chaque semaine)
Téléchargement privé (mp3)
Film: en cours de montage

Rokhaya “Madame” Diène : chant
Oumou Diène : choeurs

Mar Faye : percussion mbëng-mbëng
Ndiaga Mboup : percussions tunguné & tama
Modou Diouf : percussions thiol & talmbath

Gianna Greco : basse, choeurs, ordinateur & vidéos

François R. Cambuzat : guitares, choeurs, ordinateur & vidéos


Choeur du Fanal de la langue de Barbarie :
  Rokhaya Mbaye

  Gamou Dieng

  Fatou Aladji Mbaye

Ousmane Ba : flûte peule tambing.

Abdoulaye Ndiaye “Pape Laye” : n’döepkat & guide spirituel, maître-guérisseur et gardien du temple de Rufisque.

 

Tous les musiciens sont contemporainement basés au Sénégal et en France.

Photos : Massow Ka


Enregistré par Moussa Niang, François R. Cambuzat et Gianna Greco à l’Institut français de Saint-Louis du Sénégal, novembre 2020.
Mixé par François R. Cambuzat, Villa Nadr, Saint-Louis du Sénégal, janvier 2021.
Mastering : Gregor Zemljic, Ljubljana, SLO

Montage vidéo : Carlo Mazzotta, Copertino, I


Direction éthique & politique : Victor Faye.

Ingénieur du son : Moussa Niang.

Ouverture des portes du N’döep : Adama Samba Diop.

Fonio, niébé, ceebu jën et mille autres : Maryème Soda, Chez Dasso, Ndar.


Outre-remerciements à Marc Monsallier. Charme, amour, respect & moderne spiritualité.

 

Gianna Greco & François R. Cambuzat jouent sur des guitares spécialement construites pour des voyages oltre-mondi par Mattia Maglio.

 

Quelques field-recordings du N’döep :
- rituel du matin à Guereo;

- chansons n'döep de  Bargny.

 

Lauréats de la « Villa Saint-Louis Ndar ». Avec le soutien de l’Institut français de Saint-Louis du Sénégal.

 

Contact: François R. Cambuzat 
Telephone: +33 (0)6 69 06 57 21

Photos du N'döep, Sénégal
François R. Cambuzat & Gianna Greco - Archives

Pape Laye, grand maître-guérisseur et gardien du temple de Rufisque

Photos: François R. Cambuzat & Gianna Greco

 

Day maték, dou maté

boul dougal sa lokho.


Si cela mord ou ne mord pas, en tout cas n'y mets pas la main.

Recherche & création soutenues par la Villa Saint-Louis Ndar et l'Institut français du Sénégal.